Scandale à Daloa, un village vend son école

1 an

L’histoire parait invraisemblable pourtant elle est vraie.

Elle se passe à 4 kilomètres de Daloa dont l’un des villages, dénommé Sapigo (Sapia-Gogoguhé) voit ses habitants vendre la parcelle de l’école du village.

Pourquoi? Pour de l’argent. Le logement des enseignants de l’école est déjà loti par exemple par Bouabré Serge qui se réclame, comme bien d’autres, propriétaire terrien.

Résultats: Devant la maison des enseignants, il y a des bornes. La cuisine de l’un d’eux est utilisée pour faire passer une voie de fouille.

L’Ecole primaire publique Sapia 1,2 & 3 bientôt n’existera plus. Un homme d’affaire Libanais a lui aussi acheté une parcelle et son entrepreneur dit détenir une attestation villageoise. Choquée la communauté villageoise a écrit au préfet de Région un courrier avec ampliation aux autorités (Directeur régional de la construction, l’inspecteur, le Maire, le comité des chefs coutumiers, etc.. ) dont voici un extrait: “Monsieur le Préfet de Région, Un homme se disant opérateur économique a procédé au lotissement des sites du domaine public de l’Etat de Côte d’Ivoire.

Ce domaine abrite l’établissement scolaire, l’aire de jeu des écoliers et les logements des enseignants du groupe scolaire de Sapia. Devant cette situation grave, le chef de village, malheureusement diminué physiquement, dépassé par les événements laisse impuissant des prétendus acquéreurs, faire des constructions sur lesdits sites”.

Le Préfet ne réagissant pas, la communauté villageoise a approché la Dren de Daloa. Pas de réponses.

Après maintes insistances, c’est le chef de service du CCEN, organe chargé des litiges qui avoue ne pas pouvoir faire grand chose;

Pourquoi? Parce que tout le monde a été intéressé, toute la chaine a bénéficié d’un ou plusieurs lots et personne de la Dren à la Préfecture en passant par le Cojes.

Personne ne peut empêcher cette vente illicite d’une école.

Personne ne peut empêcher sauf la justice humaine ou divine ou les ministères de tutelle, Bruno Koné, Mariatou Koné par exemple dont on dit grand bien, ou encore la réaction d’une autorité encore capable de lutter contre la mal gouvernance ou la corruption.

Pouvoirs Magazine

OPINIONS

DU MEME SUJET

Jean Louis Billon: ” Le président de la République vit une certaine lassitude…”

A la tête de la plus grande entreprise de Côte d’Ivoire, Jean

Asalfo invite les jeunes à la gestion de stress et à la promotion de la résilience

En attendant la conférence de presse de lancement qui se déroulera le