Tourisme inclusif:  Siandou Fofana : « la fin de la crise en cette fin d’année »

2 ans

Le dernier rendez-vous à l’agenda du tourisme mondial, avant la fin de l’année, est la 117e Session du Conseil exécutif de l’OMT, du 23 au 25 novembre, à Marrakech, au Maroc. En attendant, le ministre du Tourisme a présidé, du 5 au 7 octobre, les travaux de la 65e Réunion de la Commission régionale pour l’Afrique de l’Organisation mondiale du tourisme (CAF/OMT) doublée du Forum sur les clés pour « Renforcer la résilience du tourisme en Afrique pour un développement socioéconomique inclusif », à Arusha (Tanzanie). Bilan et prospective.

La capitale politique tanzanienne était, du 5 au 7 octobre, l’épicentre de l’écosystème touristique panafricain, à la faveur de la tenue à Arusha, de la 65e Réunion de la Commission régionale pour l’Afrique de l’Organisation mondiale du tourisme (CAF/OMT), couplée au Forum sur les voies et moyens pour « Renforcer la résilience du tourisme en Afrique pour un développement socioéconomique inclusif ».

Il ressort de ces assises qu’il urge de peaufiner une stratégie continentale, avec une «  marque Afrique » dont l’une des clés de voûte réside dans la mutualisation des ressources. C’est du moins la vision partagée par le ministre ivoirien du Tourisme, Siandou Fofana, en sa double qualité de Président de la CAF/OMT et du Conseil exécutif  de l’institution spécialisée des Nations Unies à ses pairs d’une quarantaine de pays présents avec, au cœur de son intervention, un optimisme de bon aloi quant à la dissipation de la grisaille  de la crise pandémique de la Covid 19. « Grâce à la baisse d’intensité de la pandémie à coronavirus, nous entrevoyons enfin une sortie de crise en cette fin d’année 2022, à l’effet de pouvoir relancer à la fois nos projets et la dynamique amorcée par notre continent. Nos États ont montré leur résilience face à cet événement inattendu et il est grand temps de se remobiliser en vue de reprendre les chantiers entamés ». Dixit Siandou Fofana.

Avec en ligne de mire, les réformes institutionnelles, l’accroissement des pays-membres et organisations affiliées, l’accès aux outils digitaux au plus grand nombre des acteurs.  Et ce, en accord parfait avec les consignes du Secrétariat général de l’OMT, dont le Secrétaire général Zurab Pololikashvili, a tenu à rappeler l’impérieuse nécessité de faire coïncider l’agenda du tourisme planétaire avec les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) de l’ONU.

Des signaux au vert mais…

Tout en dévoilant une radioscopie positive de l’activité touristique africaine dans une embellie mondiale générale, à travers son rapport : «  Le tourisme international a connu un fort rebond durant les cinq premiers mois de l’année 2022, les arrivées atteignant presque la moitié (46 %) des niveaux enregistrés pendant la même période en 2019. Les arrivées de touristes internationaux (visiteurs qui passent la nuit) ont plus que triplé (+221 %) de janvier à mai 2022 par rapport à 2021, tout en restant de 54 % inférieures aux niveaux de 2019. Il y a eu près de 250 millions de voyages internationaux dans le monde au cours de la période allant jusqu’à mai 2022, contre 77 millions pendant la même période en 2021. (…)  L’Afrique (+156 %) a également connu une croissance vigoureuse de janvier à mai 2022 par rapport à 2021, tout en restant à des niveaux de  50 % en dessous de ceux de 2019 ».

D’où l’invite du Président de la CAF OMT, Siandou Fofana, à maintenir le cap d’un rebond par la mise en synergie des ressources humaines, technologiques et financières du Continent.  Et de proclamer : « Cette 65e  Réunion de notre Commission se doit d’être le lieu indiqué pour replanter le décor d’une Afrique au travail, d’une Afrique mobilisée et unie afin de rattraper notre retard face aux autres continents. Les conclusions de nos débats doivent nous permettre d’aborder des sujets toujours aussi cruciaux notamment les questions relatives au financement, à la marque Afrique ou encore à la connectivité ».

Aussi, les experts et délégations étatiques, ont-elles, au cours des échanges et partages d’expériences croisées, convenu qu’en Afrique, le tourisme rime avec la culture, l’artisanat, l’environnement, l’agriculture. Bien plus qu’un bilan, la faîtière ministérielle du tourisme continental table sur une approche prospective à très court terme. Pour exploiter son énorme potentiel, le tourisme nécessite des investissements ciblés. Car, aux yeux des experts, « L’environnement économique est devenu le principal facteur pesant sur la reprise du tourisme international. La montée de l’inflation et la flambée des cours du pétrole peuvent faire augmenter les coûts des transports et de l’hébergement, et mettre sous pression le pouvoir d’achat des consommateurs et l’épargne. Les restrictions sur les voyages restent un obstacle important au redressement efficace du tourisme international ».

Des directives en faveur de la durabilité, de l’environnement, de l’éducation-formation, de l’innovation, du marketing,  du monde rural, des femmes, des jeunes, etc., ont été passées au sas, en vue de conférer un caractère inclusif au tourisme en Afrique. Des pôles d’excellence régionaux devraient, en outre, être érigés. A l’instar de l’Ecole supérieure de la restauration et de l’hôtellerie d’Alger (ESRHA) qui a fait l’objet de la signature d’un Mémorandum d’entente entre le Secrétaire général de l’OMT, Zurab Pololikashvili, et le ministre algérien du Tourisme et de l’Artisanat, Yacine Hamadi, en marge des travaux des présentes assises, en vue de l’établir en pôle de formation continentale. Avec, l’onction du ministre Siandou Fofana avec qui avait reçu, en audience, son homologue algérien.

Sce: Dircom Mintour

 

OPINIONS

DU MEME SUJET

Grand Bassam: la pluie perturbe touristes et riverains

Les pluies d’hier et avant-hier ont fragilisé Grand-Bassam qui est confronté à

Asalfo invite les jeunes à la gestion de stress et à la promotion de la résilience

En attendant la conférence de presse de lancement qui se déroulera le