Thomas Camara: ” On se bat pour avoir de l’eau courante”

1 an

Le député-maire de Katiola, la capitale du Hambol revient sur les difficultés d’accès à l’eau potable.

” Oui Katiola souffre encore des problèmes d’eau courante mais nous avons mené des actions pour diminuer les souffrances de nos parents en matière d’eau, en attendant que l’Etat résolve totalement le problème.

Nous sommes partis d’un triste constat en 2014. Effectivement, une année après notre arrivée à la mairie en 2013, Katiola a connu une crise d’eau. C’était la sécheresse. Pour une grande cité comme Katiola, figurez-vous, l’eau était fournie par deux citernes chaque jour en provenance de Bouaké. Lorsque nous avons vu les femmes de bousculer derrière les citernes, nous avons dit qu’il fallait que cela cesse. Nous avons donc engagé un programme de forage dans la ville.

A ce jour, nous avons réalisé 26 forages répartis comme suit: 15 forages dans les 14 quartiers de la ville de Lakota, 5 forages dans les 10 villages de la commune (certains avaient déjà des forages) et 6 dans les campements. Ainsi, quelle que soit la situation de la sécheresse à Katiola, il y a dans chaque zone de la ville des points où les populations peuvent se procurer de l’eau. On se bat pour avoir de l’eau. C’est vraiment une action dont nous sommes fiers.

Nous sommes en train de rendre ces pompes plus modernes en passant de pompes à motricité humaine à des pompes électriques grâce à des dispositifs de panneaux solaires. En attendant la mise en œuvre de l’Etat de la solution définitive pour qu’il y ait toujours de l’eau courante au robinet, cette action permet à la population d’avoir de l’eau dans la ville.”

Pouvoirs Magazine

OPINIONS

DU MEME SUJET

Asalfo invite les jeunes à la gestion de stress et à la promotion de la résilience

En attendant la conférence de presse de lancement qui se déroulera le

Dodgeball: la Côte d’Ivoire besoin de moyens pour aller au mondial

Sans moyen, elle s’était rendue au Maroc pour décrocher un titre de