Pelé l’africain est décédé à 82 ans

2 ans

Légende  planétaire du football, Pelé (Edson Arantès  do Nascimento Pelé) était   considéré comme le plus grand joueur de tous les temps. Il était à ce jour   l’unique footballeur à avoir été champion du monde à trois reprises, en 1958, 1962 et 1970.

Oui, Pelé était une légende vivante du football. Il a déchainé les passions d’ anciennes générations comme celles de maintenant,   et cela partout sur tous les continents.  Né le 23 octobre 1940 à Très Coraçoes au Brésil, Pelé développe se fait remarquer  dans les compétitions  amateurs de rue  appelé « Pelada » au Brésil. Sa technique de drible et son agilité sont  inspirées par les gestes de Capoeira ou les danses traditionnelles venues d’Afrique. Cet afrodescendant a grandi dans une extrême pauvreté. Il n’avait  pas  d‘argent pour s’acheter un ballon convenable. il a commencé à jouer avec des vielles chaussettes enroulées en boule autour d’une pamplemousse. Touché par la grâce,  le jeune homme va exploser à la face du monde à l’orée de ses16 ans,  dans son club de  cœur Santos. Le descendant d’esclaves africains  n’échappe pas au racisme ambiant de l’époque auquel sont confrontés les footballeurs noirs en général. Sur le terrain, il  répond aux injures et aux insanités en marquant des buts. Si bien que, souvent, ses adversaires défaits et penauds sont obligés de venir lui présenter les excuses à la fin du match. 

Pelé pacificateur malgré lui

L’histoire de Pelé avec l’Afrique débute en 1967 alors que le footballeur est au sommet de son art, Avec son équipe le Santos FC, il effectue une tournée dans cinq États d’Afrique subsaharienne. Ce long périple le conduit en RDC, au Congo- Brazzaville, au Gabon, au Sénégal et en Côte d’Ivoire,  du 28 mai au 11 juin 1967. Malgré des prix exorbitant à l’époque (on parle de 500, 1000,1500 et 2000 francs CFA), les tickets se vendent comme des petits pains Dans  les capitales africaines, les aficionados veulent voir le roi Pelé  en chair et en os. Les matchs de gala de Santos se jouent dans les stades plein à craquer. A Dakar, ils étaient 10.000 supporters, 25.000 à Abidjan, 75.000 à Kinshasa. A Abidjan, Santos gagne 2 buts à 1. Pelé marque  le dernier but des Brésiliens en réponse au but ivoirien signé de la star Eustache Manglé. 

Au Nigeria en 1969, Pelé et ses gars débarquent  dans un pays en proie à une violente guerre de sécession depuis 1967 entre l’Etat fédéral et l’Etat a du Biafra. A l’arrivée des Brésiliens,  près de 2 millions de civils ont péri dans le conflit quand  et le double se compte en populations déplacées. Le mach est programmée le 26 janvier 1969. La légende dit que pendant les 72 heures du séjour de Pelé et Santos, les belligérants  ont incroyablement tenu un cessez-le-feu afin de suivre le match de  Santos qui s’est soldé par un nul 2-2 contre les Super Eagles. Les deux buts de Santos ont été inscrits par…le roi Pelé. Le stade lui a offert un standing ovation. Cette incroyable incidence pacifiste du séjour de Pelé dans le Nigeria en guerre cette année-là a même été cité dans un article du sérieux journal américain le Times en 2005. comme quoi, Pelé était aussi …. 

Successeur ivoirien 

L’histoire de Pelé avec la Côte d’Ivoire est encore plus belle et intense en  1972 lorsque que le roi adoube la star Laurent Pokou, l’homme d’Asmara. « J’ai trouvé mon successeur. Il s’appelle Laurent Pokou. Il n’a qu’un défaut : il n’a qu’un défaut : il n’est pas Brésilien », avait déclaré un Pelé enchanté par le talent de l’Ivoirien, à l’époque, véritable génie du dribble technique et fin comme le Brésilien, d’où la comparaison. 

Près de nous, en 2012, lors de la demi-finale de la Can  au Gabon opposant la Eléphants au Maliens, le Roi Pelé avait assisté , dans le Stade de l’Amitié de Libreville,  à la chevauchée victorieuse de Gervinho qui avait  propulsé Drogba ans co à la finale perdue face au Zambien. 

Tout au long de sa carrière et même de sa vie, le génie du foot n’a jamais coupé les ponts avec son continent d’origine. Bien au contraire. Pelé a toujours cru en une victoire finale d’un pays africain à la Coupe du monde. Avant l’entame de la Coupe du monde au Qatar, voila ce qu’il disait à propos des chances africianes, notamment sur le Sénégal : « L’équipe du Sénégal compte en son sein des joueurs de classe mondiale à tous les postes de jeu. Sadio Mané est présentement le meilleur ailier du monde et d’ici 2022 je suis certain qu’il sera au sommet de son art. En plus de Mané, il y a des joueurs comme Kalidou Koulibaly, Gana Gueye, Keita Baldé, Diatta , Salif Sané, leur gardien de but est aussi fantastique et il y a des jeunes qui sont en train d’arriver. En 2022, si l’équipe est bien organisée, elle aura un des effectifs les plus séduisants au monde capable de battre n’importe quelle sélection, c’est pour cela que je vois le Sénégal, vainqueur de la prochaine Coupe du monde. »

Hélas le Roi n’aura certainement pas pu  bien suivre la prestation des Lions de le Teranga, la faute à des soins drastiques qu’il subissait au moment du parcours des Sénégalais dans la compétition. Pis, la légende vivante ne   saura jamais  qui  reportera  cette 22 ème coupe du monde  dont il aura marqué l’Histoire : Pelé est décédé  ce jeudi 29 décembre 2022 à l’âge de 82 ans. Le Roi est mort. Honneur à la mémoire du Roi.

Pouvoirs Magazine

 

OPINIONS

DU MEME SUJET

12 juillet: le jour du nègre et de l’arabe

Il y a 26 ans jour pour jour, l’équipe de France de

6 juillet: Wilfried Kanon

Wilfried Kanon a aujourd’hui 31 ans. En ce 6 juillet 2024, nous