Niger: le photographe Dorris Haron Kasco en ethnologue à Niamey

2 ans

Depuis trois décennies, loin du confort offert par les certitudes, il s’est inscrit dans la transmission comme un ethnologue, en s’intéressant aux populations et interrogations lointaines.

Que ce soit pour nous inviter à percevoir, au cœur d’une foule, la place de la solitude, la présence de l’absence; ou que ce soit au départ pour améliorer notre perception sur l’homme devenu un problème l’homme, c’est à dire le malade mental.

A lire aussi: PHOTOGRAPHIE: L’AFRIQUE DEPUIS LA HAUT

Ou que ce soit ensuite pour faire comprendre à tous que même l’insoupçonné néophyte peut devenir photographe, pourvu qu’il compte moins sur l’appareil photo que sur l’acuité de son regard.

Aussi ” Le regard comme outil du photographe” est-il le thème de la Master class, en marge d’une expo que l’enseignant-artiste basé à Abidjan initiera à Niamey, à l’Institut français qui porte le nom d’un autre collègue réalisateur-ethnologue amoureux d’Afrique, du Niger, Jean Rouch. Ce sont les 26 et 27 janvier prochain, le lendemain du vernissage

Pouvoirs Magazine 

OPINIONS

DU MEME SUJET

Energie: le Niger pour dépanner le Mali

La Côte d’Ivoire, qui connaît une forte croissance économique depuis plus de

Asalfo invite les jeunes à la gestion de stress et à la promotion de la résilience

En attendant la conférence de presse de lancement qui se déroulera le