Médecine : Professeur Yangni-Angaté commémoré aujourd’hui

2 ans

Au sein de l’église st Jacques des II plateaux à Abidjan, les membres de l’Ascad, sa famille dont son fils Hervé Koffi Angaté lui-même professeur de médecine, ses confrères et ami Dr Michel Zunon Kipré, Professeur André Ouezzin Coulibaly et bien d’autres viendront certainement prendre part à la messe commémorative qui sera dite aujourd’hui 27 octobre à 19h week-end pour marquer les 7 ans de la disparition de l’émérite professeur de médecine, doyen de la faculté et académicien Antoine Niamké Yangni-Angaté

Qui était le professeur Angaté ?

L’homme qui nous a quitté le 26 octobre 2015 était vénéré par le monde de la médecine. Quoi de plus naturel quand on sait le rôle important qu’a joué ce père de famille de 8 enfants dans l’ivoirisation du corps médical.

Né le 30 décembre 1926, il est fait docteur en médecine à Paris, 6 mois seulement après l’indépendance de la Côte d’Ivoire, soit en janvier 1961. Deux années plus tard, il fait partie des prisonniers de 1963 aux côtés d’autres médecins dont Samba Diarra et le Dr Sangaré. Cette parenthèse non heureuse se referme et le médecin se fait une prothèse morale. Cet ancien pensionnaire de l’école catholique de Bassam y chantera Dieu-priera donc deux fois- et fortifiera sa foi.

De bonne foi, honnête, sérieux et surtout nanti de l’orgueil constructif propre aux N’Zima, Niamké Yangni Angaté travaille davantage, pour ne rien devoir à personne sinon à son travail. Son passage à William Ponty, d’où il était sorti diplômé en 1948, son diplôme de Physique, Chimie et Biologie obtenu à la Faculté des Sciences de Paris en 1951 et sa bonne maîtrise de la langue de Molière, auxquels il faut ajouter son exercice du métier à Tunis, aux Etats-Unis, en font une personnalité décomplexée par le contact d’avec des peuples différents, et ayant par voie de conséquence une conscience aiguisée de la patrie, une belle humanité et étant d’un bon commerce.

Aussi Yangni Angaté en impose-t-il et force-t-il l’admiration lorsqu’il est hissé au rang de Professeur titulaire de Chirurgie générale en 1974. C’est l’époque où la plupart des structures sont dirigées par des Européens et où le Président Houphouët travaille à une ivoirisation de ses cadres. Son sérieux, son sens des responsabilités le conduisent tout droit vers les cimes et le voici Doyen de la faculté de médecine d’Abidjan en 1979. Le premier ivoirien du genre. Partout, son nom revient quand il s’agit des « Journées médicales d’Abidjan », ou « des conférences des Doyens ».

C’est que le Pr Angaté a le sens du travail en équipe, de l’organisation collective. Après s’être bâti une réputation d’orfèvre des interventions chirurgicales, grâce à sa main experte, il s’inscrit dans une logique de transmission. Il passe désormais son temps à former des milliers de chirurgiens qui s’empressent de confesser être passés entre ses mains quand ils ne revendiquent pas d’avoir été les élèves du Maestro (le surnom par lequel le désigne la kyrielle de médecins qu’il a orientés et inspirés).

Il s’inscrit davantage dans la transmission par les trois publications qu’il donne en partage. Ce sont « Chirurgie en Afrique », Nea, préface du Pr André Sicard de l’Académie nationale de médecine (Paris) (1979), « La faculté de médecine d’Abidjan dans la mouvance des Universités d’expression française », Nea, préface du Pr Jean Bernard de l’Académie Française (1987), «La Revalorisation de la médecine traditionnelle » – Edition Ceda, préface du Pr Georges Niangoran Bouah (2004).

Il a été inhumé le 28 novembre 2015 à Bassam.

 

Pouvoirs Magazine

 

OPINIONS

DU MEME SUJET

Asalfo invite les jeunes à la gestion de stress et à la promotion de la résilience

En attendant la conférence de presse de lancement qui se déroulera le

Dodgeball: la Côte d’Ivoire besoin de moyens pour aller au mondial

Sans moyen, elle s’était rendue au Maroc pour décrocher un titre de