High tech: Afrique et Israël un deal à l’horizon

2 mois

Rares sont ceux qui connaissent vraiment les liens entre le Kenya et Israël.

Les israéliens du hightech savent depuis longtemps que Nairobi est aujourd’hui l’un des plus importants nœuds technologiques d’Afrique. L’an dernier, la capitale kényane a même soufflé au Nigeria la place de premier hub numérique d’Afrique.

En Israël, on tente de tisser des liens en long terme  avec « Nairobi HighTech ». De nombreux spécialistes considèrent que cette ville va, un jour où l’autre, coopérer et éventuellement concurrencer Tel-Aviv. Cela faisait déjà plusieurs années que les deux pays collaborent en matière de technologie agricole et autres.

Selon Africa Intelligence : “En pleine guerre à Gaza, William Ruto soigne son allié israélien. Le Kenya s’est distingué du reste des pays africains par une position proche de celle de nombreux pays Occidentaux. Sur la question israélo-palestinienne. C’est le fruit d’une longue coopération avec l’État hébreu, renforcée par le président William Ruto”

Le président kényan pilote lui-même la politique étrangère de son pays sur des sujets sensibles. Au grand dam de ses conseillers les plus expérimentés, qui craignent que Nairobi devienne inaudible sur la scène internationale ».

NAIROBI HIGH-TECH.

Nairobi a accueilli récemment l’« Africa Tech Summit », rassemblant tous les géants de la tech.

Depuis déjà des années, se développe à l’est de Nairobi une ville du futur, gigantesque pépinière de l’innovation numérique qui force l’admiration des investisseurs du monde entier.

Tous les multinationales du hightech ont déjà leur camp de base à Nairobi. Un centre de développement et de recherche pour Microsoft, un autre pour Google et une plateforme de serveurs informatiques pour Amazon. Grâce à un écosystème unique de start-up, le Kenya est le pays qui a collecté le plus de fonds en Afrique l’an dernier.

Connu pour son terreau de fintechs (finance), il commence à s’imposer sur d’autres secteurs, dont la greentech (environnement). Le Kenya a toujours été dynamique sur la scène tech.

Beaucoup de financiers, dont des israéliens, ont aussi investi dans des start-ups dans le secteur de la santé, de l’agriculture ou de l’éducation.

Signe en tout cas de l’avènement de cette « start-up nation » africaine, où les jeunes diplômés sont déjà courtisés par les GAFAM. Le gouvernement kényan a imposé l’apprentissage des bases du codage informatique dès l’école primaire.

327 milliards 500 millions

Les « start-upers » kenyans ont eux levé près de 500 millions d’euros de fonds l’an dernier, soit deux fois plus que l’année précédente.

Le succès du Kenya ne devrait pas se démentir puisque le pays dispose de jeunes extrêmement qualifiés. Après avoir suivi des études à l’étranger. Ici, l’anglais est la langue numéro un.

Début 2023 Benjamin Netanyahou avait rencontré à Jérusalem le président kenyan William Ruto pour un déjeuner de travail. Au cours duquel les deux dirigeants avaient convenu de renforcer la coopération entre leurs pays.

Le chef du gouvernement israélien s’était félicité de la première visite du président kenyan en Israël : “Le Kenya pourrait servir de passerelle pour le commerce. Et la coopération internationale entre Israël et le reste de l’Afrique.”

Les deux chefs d’Etat s’étaient engagés à développer les relations de leurs pays dans divers domaines. Notamment l’expansion du commerce bilatéral, la technologie, la cyberdéfense. Egalement, la promotion de la restauration d’une route aérienne directe, l’eau et l’agriculture.

Des déclarations d’intention conjointes entre Israël et le Kenya visant à renforcer la coopération dans le tourisme et la protection de l’environnement ont été signées.

JM AHOUSSY

PHOTO: DR

POUVOIRS MAGAZINE

 

OPINIONS

DU MEME SUJET

High Tech. Apple se lance dans l’Intelligence artificielle

Apple se lance dans l’intelligence artificielle (IA). Pour la première fois, le

High Tech: Mohammed VI patronne le Gitex Africa Morocco

La 2ème édition de GITEX Africa Morocco se tiendra du 29 au