Golf en Côte d’Ivoire : Bartshi-Kéï Boguinard, duel au sommet

2 ans

Depuis quelques années , entre les golfeurs d’Abidjan autour de l’Association Sportive Ivoire Golf Club, se joue une bataille pour le contrôle et la gestion du parcours de l’Ivoire Golf Club situé entre le village d’Anono et la Riviera Golf. D’un côté, le camp de Jean-Claude Bartschi, ancien président de fait de l’AS IGC depuis 2012, avec ses soutiens tel que Jean-Louis Menudier, DG de Uniwax et des joueurs professionnels; et de l’autre, Patrick Kéï-Boguinard (Directeur financier) de la BAD élu le 15 octobre dernier président de l’ASIGC sous la supervision de représentants des pouvoirs publics .

Depuis 2012 que M. Bartschi a été désigné par les golfeurs pour diriger leur association afin de réhabiliter le parcours en piteux état suite à la crise post électorale de 2011, ce dernier va par la suite s’arroger des pouvoirs extrêmes, poussant mémé sur les orties. Par exemple, il se pliera difficelement aux demandes des autres membres d’organiser une AG en bonne et due forme pour rendre compte de la gestion des cotisations qui s’élèvent à des centaines de millions de CFA. Pis, il leur est reproché, de faire de la gestion du site leur affaire personnelle.

M. Bartschi est accusé d’avoir tenté de faire légaliser son “association” devant les services compétents du ministère de l’Intérieur mais en vain. Il a essuyé plusieurs revers: en justice, et à la Préfecture d’Abidjan, qui l’ont chacune ramené à l’organisation d’une AG dans les règles de l’art.
Mieux, les pouvoirs publics vont mettre en place un comité ad hoc pour la rédaction de nouveaux statuts et règlement de l’AS IGC et l’organisation d’élections normales. Cette démarche aboutit à l’assemblée générale du 15 octobre qui a été sanctionnée par l’élection de M. Patrick Kéï-Boguinard à la tête de l’association.
Dans les jours qui ont suivi la médiatisation de cette élection, le camp Bartschi tente de publier des droits de réponse dans les journaux pour ne pas reconnaître l’élection.

La situation à ce jour est que aucun des deux camps n’a juridiquement pas le droit de la gestion du parcours. Parce que le camp Bartschi n’est pas légitime, mais aussi le camp issu de l’élection n’a pas encore reçu son agrément. Alors que faire durant cette période? Des négociations sont menées entre les deux camps qui chacun joue de son entregent au sein de l’administration.

Ces négociations aboutiront elles ? wait and see.

 

Pouvoirs Magazine

OPINIONS

DU MEME SUJET

Bédié-Thiam: transe-mission

La présidentielle doit se tenir en octobre 2025. Alassane Ouattara ne s’est

Golf: AS IGC promet de relever le niveau des joueurs 

L’Association Sportive Ivoire Golf Club (AS IGC) a tenu son tournoi de