Georges Kouakou: “Je suis fier d’avoir fait Alpha Blondy même si…”

2 ans

L’arrangeur de Reggae dont on reconnait les touches sur les hits d’Ismael Isaac, Alpha Blondy et de nombreux jamaïcains, répond, depuis les Etats-Unis où il réside, à nos questions

Georges Kouakou, est-ce que vous vous sentez mieux depuis votre dernier séjour en Côte d’Ivoire?

J’étais au pays en avril 2021. Durant le séjour, je suis tombé malade et j’ai dû me précipiter à l’aéroport pour prendre un vol retour aux USA. C’était très grave et en arrivant à Washington, j’ai été transporté d’urgence avec l’ambulance à l’hôpital central de Virginie.

J’ai subi deux interventions chirurgicales et ma vésicule biliaire a été retirée. Je suis resté à la maison 8 mois sans pouvoir bouger et ça été une mauvaise situation dont je ne veux pas me souvenir.

 Tiburce Koffi, votre cousin, en collaboration avec Alex Kipré et des journalistes et des musiciens, ont publié “Le grand livre de la musique” dont le premier tome est en rapport avec la musique reggae, avec Alpha Blondy comme tête d’affiche et des artistes que vous avez participé à faire connaître. Comment trouvez-vous l’initiative de ce livre ?

Je pense que mon cousin Tiburce Koffi a fait du très bon boulot. Tiburce est aussi musicien, donc il est au courant de certaines choses que les gens essaient de cacher.

Je n’ai pas encore lu le livre parce que nous ne l’avons pas encore ici aux États-Unis. Mais pour le peu d’extraits et de critiques que j’ai lu, il a été clair et c’est la deuxième fois qu’il a mentionné que j’étais l’arrangeur musical d’Alpha Blondy et cela a été clair même s’il y a eu un désaccord à ce sujet. Mais il y a un dicton qui dit : On ne peut pas cacher le soleil avec la main

Dans ce livre, vous avez droit à une présentation faite par Alex Kipré à propos de votre parcours et tout ce que vous avez fait pour le reggae ivoirien. Êtes-vous fier du travail que vous avez accompli ?

Bien sûr !  J’en suis fier et je pense que le gouvernement actuel m’a décerné une médaille d’Officier du mérite de la culture ivoirienne pour tout ça. J’ai été très étonné d’avoir reçu cet honneur et je remercie le gouvernement actuel, monsieur le Président de la République. Je n’étais pas là pour recevoir la médaille mais mon cousin le Commandant de Gendarmerie N’guessan dit Kader m’a représenté devant madame Henriette Dagri Diabaté, la Grande Chancelière à qui j’exprime ma gratitude également.

 De tout ce que vous avez fait, quel est ce dont vous êtes le plus fier ?

C’est d’avoir fait Alpha Blondy.  Même s’il n’a jamais reconnu ce que j’ai fait pour lui, mais mon cœur lui a pardonné. Je suis très fier du niveau qu’il a atteint sachant que j’ai été l’un des premiers arrangeurs à avoir contribué à sa carrière. J’étais là quand il n’était pas vraiment Alpha Blondy

Mais j’ai appris à lui pardonner parce que je suis un croyant et je pense qu’il est aussi devenu El Hadj, donc je pense qu’un jour le Dieu de Mohamed (Allah) l’inspirera pour se souvenir de nous. Je n’ai besoin de rien de lui parce que nous sommes tous les deux âgés et ne savons pas quand nous irons à la tombe, mais Dieu est réel.

Pouvoirs Magazine

OPINIONS

DU MEME SUJET

18 juillet: Larry Cheick 5 ans déjà

Le 18 juillet 2019, le monde de la musique ivoirienne a dit

Ismael Isaac: les 53 millions qui posent problème

Ismaël Isaac, artiste ivoirien renommé, se trouve actuellement dans l’impasse à cause