Education nationale / APFC de Divo : l’expertise dans la précarité

2 ans

A la périphérie de la vaste cour du lycée moderne 1 et 2 de Divo, s´étalent 4 bâtiments vétustes. A l´intérieur de ces anciennes résidences du personnel administratif de cet établissement public, s´entassent une trentaine d´inspecteurs pédagogiques du primaire et du secondaire chargés de mettre à niveau un peu plus 7 000 enseignants aux profils pour le moins préoccupants.

En d´autres termes, ce sont les locaux de l´antenne de la pédagogie et de la formation continue de Divo (APFC), relai régional de la Direction de la pédagogie et de la formation continue (DPFC). Relai qui couvre une aire géographique de 10 650 km2.

A lire aussi: BOULEVARD OUATTARA DE DIVO : LES ELEVES EN DANGER

Inconfortablement installés derrière des pupitres de fortune, les animateurs de cette antenne conçoivent des modules de formation dont ils ne sont pas surs de la mise en œuvre, cette année scolaire. « Ecoutez, nous on fait ce qu´on à faire. Maintenant si on doit encore nous servir la ritournelle, il n´y a pas d´argent, on avisera. » Confie dépité D.K. Inspecteur pédagogique de Français. L´antenne de la pédagogie et de la formation continue de Divo (APFC) est sinistrée.

L´expertise est dans l´extrême précarité. Aucun moyen de mobilité, un budget de fonctionnement dérisoire, une visibilité étouffée par la méconnaissance de ses attributions. Le 9 novembre prochain, l´occasion d´une journée portes-ouvertes qu´elle organise, représente pour elle l´espoir d´une renaissance. L´engagement du Ministre Amédée Koffi Kouassi comme parrain, y est pour beaucoup.

E.F., Correspondance locale, Pouvoirs Magazine

 

OPINIONS

DU MEME SUJET

20 juillet: Hiré attend Afiba Assando

En ce 20 juillet, nous célébrons avec une profonde admiration et une

Hiré : le maire Francis Kacou chassé dans moins d’une semaine.

Les instructions viennent de là-haut a confessé un adjoint au maire qui