File - In this Thursday, Sept. 21, 2017 file photo Umaro Sissoco Embalo, then Prime minister of Guinea-Bissau, addresses the United Nations General Assembly at the United Nations headquarters. A former prime minister of Guinea-Bissau, Umaro Sissoco Embalo, has won the country's presidential elections, the electoral commission announced Wednesday, Jan. 1, 2020. (AP Photo/Frank Franklin II, File)
2 ans

Embalo s’emballe ! Et ce n’est pas très amusant. Son emballement a de quoi susciter la curiosité de ceux qui estimaient dès ses débuts dans la cour des grands de la CEDEAO qu’il apporterait du nouveau au déjà vu, qu’il serait tout simplement différent.

L’interview qu’il a accordée dernièrement aux supports de France Médias Monde, RFI et France 24, dont Emmanuel Macron estime qu’il s’agit de supports au service des intérêts de la France en Afrique et auxquels il demandait plus d’implication pour défendre l’image et les intérêts de la France, n’a laissé personne indifférent.

Promettre au Mali des sanctions de la CEDEAO dont il est le président, au cas où les 46 militaires ivoiriens arrêtés ne seraient pas libérés, est non seulement une mauvaise lecture de la crise entre la Côte d’Ivoire et le Mali, mais en plus, c’est le signe de l’inculture politique de Monsieur Embalo qui ne semble pas avoir lu les textes fondamentaux de l’organisation qu’il dirige.

Grisé par la présidence de la CEDEAO, Monsieur Umaro Sissoko Embalo semble ne pas savoir qu’aucun texte de cette organisation ne prévoit que lorsque deux pays de la sous-région sont en conflit, la CEDEAO pourrait s’autoriser à punir l’un d’eux sur la base de ce qui les oppose.

La CEDEAO n’a pas vocation à être un état supranational dont Monsieur Embalo pense être devenu le président. Tout au plus dans ce type d’affaire, la CEDEAO peut activer sa diplomatie et assumer une vraie médiation pour un règlement pacifique de la situation. Au lieu de cela, de valoriser la diplomatie de paix de l’organisation qu’il dirige, Monsieur Embalo s’emballe ! Il veut faire de la CEDEAO un big brother qui distribue des bons et des mauvais points en Afrique de l’Ouest.

N’oublions pas qu’Embalo a échappé à un coup d’État. C’est donc un homme fragilisé qui dirige la Guinée Bissau. Il n’est pas exclu dans ce cas que ces derniers mois Monsieur Embalo ait reçu des promesses d’aides militaires.

Mais des aides qui semblent conditionnées à une seule chose : mettre sa présidence de la CEDEAO à profit pour accabler la Mali.
Si Monsieur Embalo ne parlait qu’au nom de son pays, on en rirait.

Franchement ! Mais là en s’autorisant à parler de la sorte au Mali au nom de la CEDEAO, il y a plus à pleurer qu’à rire. C’est la preuve que les pères fondateurs sont vraiment morts avec leur idée généreuse de la CEDEAO des peuples et de la Paix.

GUYZO EPHA

Pouvoirs-Magazine

OPINIONS

DU MEME SUJET

Asalfo invite les jeunes à la gestion de stress et à la promotion de la résilience

En attendant la conférence de presse de lancement qui se déroulera le

Dodgeball: la Côte d’Ivoire besoin de moyens pour aller au mondial

Sans moyen, elle s’était rendue au Maroc pour décrocher un titre de