Bassolma Bazié: « Je me suis réveillé trempé de sang ! »

2 ans
Bassolma Bazié, ministre de la fonction publique, du travail et de la protection sociale du Burkina-Faso « Je me suis réveillé trempé de sang ! »
La mine de Perkoa est située au centre-ouest du Burkina Faso. Pour descendre, des mesures sont prises. La tradition exige que rien ne soit
filmé ni photographié. Et le compactage est fait de casques, ampoule, gilet, ceinture, bottes. Ce compactage est à usage unique selon les règles traditionnelles. On y descend qu’une seule fois avec. Autrement dit, une fois rentré, on ne réutilise plus l’une des composantes.
Après la visite, le Ministre est rentré travailler sur d’autres dossiers brûlants.
Un collaborateur vient lui emprunter son casque. Il acquiesce, spontanément comme il a la tête dans des dossiers. Puis il décide de se reposer. Quand le visiteur qui a emprunté le casque est ressorti de la mine, Bassolma dans son lit était rouge de sang.
« Je saignais de la bouche, des narines, de partout. J’avais le tricot trempé de sang comme si un animal avait été égorgé à mes côtés. On a passé un coup de fil aux frères du village d’où on nous a prescrit la conduite à tenir. Une fois les prescriptions respectées, le sang s’est arrêté vers 4h du matin. Je n’oublierai jamais. Ne nous amusons pas avec la tradition».
Pouvoirs-Magazine

OPINIONS

DU MEME SUJET

Burkina Faso : exécution de près de 200 personnes.

Un bilan provisoire d’environ 170 personnes exécutées, outre les personnes blessées et les

La Cedeao rappelle l’alliance des Etats du Sahel

Les dirigeants ouest-africains exhortent leurs homologues du Mali, du Niger et du