8 mars: Fatou Kéita, Si les fées écrivaient, elles l’imiteraient!

1 an

Auréolée de nombreux prix, cette fille de médecin est professeur d’Anglais à l’université, écrivaine pour enfants et adultes. Morceaux choisis de son propos

Préserver son âme d’enfant
J’adore les enfants et leur milieu! J’aime leurs petites “bouilles” sympathiques et leurs paroles innocentes et souvent pleines de sagesse. J’aime les livres pour enfants et je me fais plaisir en même temps que je fais rire et sourire les gamins ! Quelque part, j’ai gardé mon âme d’enfant et crois que c’est ce qui me fait réussir dans ce domaine.

J’adore écrire pour les enfants et je crois que je le fais bien, alors? J’y trouve mon bonheur et je donne du bonheur. Comme je le dis souvent, l’écriture pour la jeunesse est un art qui n’est pas donné à tout le monde, alors que n’importe qui, avec un bon niveau de langue peut produire un roman ou un essai. Mes deux romans ont très bien marché, ici comme à l’international. Mon premier roman, ‘’Rebelle’’, est au programme des collèges et le deuxième, ‘’Et l’aube se leva’’, est également un grand succès de librairie.

Place de la culture
Ça commence enfin à venir! Il ne faut pas que je sois ingrate puisque j’ai été décorée plusieurs fois. Je suis Commandeur dans l’Ordre du Mérite Culturel et également dans l’Ordre National. L’actuel Ministre de la Culture, Maurice Bandaman, avait beaucoup fait pour les écrivains, il faut le reconnaitre. Mais, tout de même, aucun président n’a reçu un écrivain comme on a reçu l’athlète Murielle Ahouré, le footballeur Didier Drogba, le chanteur Asalfo, etc. Les footballeurs sont gâtés quand ils remportent un match ! Ils jouent pour la nation, nous dit-on. Certes, mais nous aussi nous écrivons pour la nation et même pour le monde entier, et nos livres nous survivrons !

Pouvoirs Magazine

OPINIONS